26 avril 2016

Commerce au détail : Attention ! Fermetures Imminentes

Site web//Par Caroline Julien

La semaine dernière, Le Château a annoncé la fermeture de 40 de ses magasins au courant des 3 prochaines années. Plusieurs autres entreprises telles que Jacob, Mexx, Smart Set et Target, ont également fait les manchettes dû à leurs situations financières précaires qui ont finalement abouti à des fermetures complètes. Quel est l’avenir pour le commerce au détail au Québec lorsque même les grandes marques ont de la difficulté à survivre ? 

 

Évolution du commerce au détail

 

Les magasins qui ont pignon sur rue ont malheureusement été grandement touchés par l’ascension fulgurante de la vente en ligne. Les consommateurs peuvent acheter ce qu’ils veulent, n’importe où sur la planète, en quelques clics. Les entreprises québécoises n’ont pas évolué avec la technologie et très peu d’entre elles offrent, à ce jour, l’achat de leurs produits en ligne. Les consommateurs doivent donc acheter ailleurs, et l’économie du Québec est grandement touchée.

 

L’objectif pour les entreprises québécoises est d’offrir l’achat de leurs produits en ligne pour que les internautes québécois puissent dépenser leur argent au Québec. Pour la majorité des consommateurs internautes québécois, la PME québécoise l’emportera souvent sur l’entreprise étrangère. Non seulement, ils sauveront des frais de livraison exorbitants, mais ils sont également très sensibles au bien-être du commerce local. 

 

Les consommateurs

 

Les commerces en ligne permettent aux clients de visiter tous les magasins du monde en quelques clics. Ils ont la possibilité, selon leurs préférences :

 

  • De comparer les prix et d’acheter au meilleur offrant
  • De comparer les sites et d’acheter sur le plus beau
  • De choisir le site offrant un meilleur service après-vente
  • De vérifier les notes et commentaire sur les réseaux sociaux de chaque commerce
  • D’acheter sur le site offrant les plus belles photos de produits
  • De comparer les frais de livraison

 

N’étant pas limité dans une zone géographique, le client est vraiment roi et peut choisir le commerce désiré en fonction de ses propres critères.

 

Le virage électronique des entreprises

 

L’entreprise Parasuco a précisé poursuivre le commerce en ligne au Canada suite à la fermeture de toutes ses boutiques physiques.

 

IGA permet maintenant à ses clients de faire leurs épiceries en ligne.

 

Plusieurs PME ont également compris l’urgence de la situation d’avoir non seulement une présence sur le web, mais un site transactionnel permettant de générer des revenus.

 

Le commerce en ligne n’est plus seulement une option à considérer pour les commerces au détail. Il est plutôt devenu un outil de survie pour les entreprises.

 

L’investissement du commerce en ligne

 

Faire l’acquisition d’une boutique en ligne demandera inévitablement un investissement de votre part. Un investissement monétaire pour acquérir un site internet professionnel, fonctionnel, rapide et sécuritaire. Également, un investissement de temps pour y ajouter vos produits. Vous pouvez certainement payer pour faire ajouter vos produits mais rappelez-vous que personne ne les connait aussi bien que vous-même. Les photos et descriptions joueront pour beaucoup dans le succès de votre commerce en ligne.

  

En terminant

 

Tous les commerces ne sont pas destinés à mettre la clé sous la porte, les propriétaires doivent seulement s’adapter à la nouvelle réalité du commerce et proposer, en plus d’un excellent service en magasin, une vitrine électronique permettant des revenus additionnels en ligne.

 


Avez-vous vraiment les moyens de ne pas investir dans le commerce en ligne ?

 

Contactez-Nous pour plus de renseignements

Inscrivez-vous
à notre infolettre

Suivez-nous
sur les réseaux sociaux